Cartagena - Isla Grande

J'arrive à Cartagena mercredi 17 août, après des adieux difficiles à ma famille d'accueil. "Que Dieu te protège", voici ce que tous m'ont dit.
 

La chaleur est encore plus lourde qu'à Ibague car l'air est bien plus humide. A l'aéroport, j'attends en compagnie d'un jeune Colombien très sympathique mon amie qui me rejoint de Medellin pour ce weekend à Cartagena. Après avoir flâné (c'est bien le mot car cette ville vit au ralenti) entre les maisons aux balcons colorés mercredi et jeudi, nous prenons le bateau pour Isla Grande, une petite -malgré son nom- île  qui est au large de la ville. On nous dépose et c'est un homme du village tout maigre et à pieds nus qui nous emmène dans un endroit où l'on peut se loger. En traversant le village, nous nous rendons compte que les habitants de l'île sont tous d'origine africaine et très pauvres. On se croirait en Afrique ! On ne refuse donc pas de donner 20 000 pesos (~7 CHF) à cet homme pour son service un peu forcé.
Sur la plage, je remarque deux garçons qui ramassent des coquillages. Je leur demande pourquoi et ils me répondent que c'est pour pécher. Je les suis alors sur le ponton et les observe. Ils pêchent plusieurs poissons avec leur matériel très rustique et les mettent dans des bouteilles d'eau coupées à moitié (cf photo). On finit par jouer avec ces deux enfants tout l'après-midi. Des moments très forts !
La maman des garçons fabriquent des bijoux et autres souvenirs ("artesanías") et nous les montrent. Nous en achetons quelques-uns et puisque nous sommes à la plage, nous profitons de nous faire masser, tout ceci sans remords car l'argent dépensé va directement à la communauté. Le soir, nous sommes invitées à un concert de musiciens de l'île ayant reçu plusieurs récompenses. La musique a une forte ressemblance aux rythmes africains.
Nous nous endormons dans nos hamacs, bercées par le vent et le bruit des vagues, après cette journée remplie d'émotions...