Lautare

Nous avions parlé à Chuck de notre intérêt pour la musique. Avant même que nous lui en fassions part, il nous avait entendu jouer. Il nous proposa donc, parmi sa panoplie d'offres, d'aller loger dans une famille de musiciens, à une centaine de kilomètres d'où nous étions. 

Cette famille de musiciens Rroms, issus de la caste des Lautare (musiciens), loge dans le petit village de Ceuas. Nous partons donc en microbus, bouteille de bière à la main - Chuck nous disait: ça va rendre le contact plus simple, ils ne parlent pas un mot d'anglais.. Puis ils aiment la bière! "Beer goes far here", nous confie-t-il.

Une fois dans le village, un homme s'agite au loin. Les introductions sont faites et il nous emmène chez lui, dans la partie roumaine du village. Il habite une petite maison de ferme dont une aile nécessite la construction d'un toit. Nous nous installons au salon et très vite la "jam" commence. Au violon, il exécute des mélodies à la fois complexes et dansantes, que j'accompagne au malheur de mon poignet qui balaye les cordes à une fréquence inouïe. Lou est à la contrebasse et nous suit malgré le fait qu'elle n'en ait jamais joué. À vrai dire, la justesse n'est pas ce qui caractérise leur musique. C'est une musique qui vit, qui meurt à toute vitesse mais qui ne s'arrête pas sur des détails de perfection. On donne toute notre énergie. À la fin, c'est comme si on avait fait un effort marathonien en le suivant.

Shaunika nous emmène ensuite dans la partie Rrom du village. Encore une fois, la frontière est nette: asphalte contre boue, maisons contre petites baraques délabrées. Il fait froid et le village n'est pas très agité. Quelques enfants nous regardent ébahis et nous suivent en riant. Nous joignons la maison du père, musicien lui aussi. Père et fils nous exécutent un de leur morceau (dont nous avons ramené le disque). La musique est envoûtante. Lou et moi écoutons assis, près d'un poêle, au son du bois qui crépite. Ce moment chaleureux nous fait presque oublier la réalité qui se trouve à l'extérieur. Le père nous salue modestement et nous rentrons après un tour du village.